! ATTENTION! Toute commande de plants est désormais une pré-commandes pour le printemps 2024

EN

CONCORD

$9,00

Out of stock

En stock pour printemps 2024

 

4-11 $9,00

12-49 $6

50-100 $4

>100 plants, nous contacter

 

Plants de 1 an en pot de 2″x2″x4″

 

Description

CONCORD 

(Hybride: contient Vitis Labrusca, Vitis Vinifera)

 

RAISIN DE TABLE BLEU AVEC PÉPINS*

 

  • Le LÉGENDAIRE Concord «arrière arrière grand-père» d’une grande majorité des cépages adaptés au régions dites  «à climat froid»
  • Baies avec pépins, de taille moyenne à grande, arrondies, légèrement brillantes et relativement acides
  • Pulpe vert pâle translucide, juteuse
  • Peau d’épaisseur moyenne, moyennement dure et non-adhérente à la pulpe
  • Grappe uniforme, de taille moyenne à grande, relativement compacte
  • Rustique jusqu’en zone 4b, approximativement -32°C (-25,6°F)
  • Maturité tardif à très tardif, fin septembre début octobre en zone 4b. Nécessite environ 1250 DJC 10°C (Degrés-Jours de Croissance base 10°C) -ou 2250 DJC base 50°F- pour arriver à maturité
  • Vigne vigoureuse et productive
  • Le Concord est le père de bon nombres des hybrides qui sont actuellement accessibles en région nord-américaine dite «à climat froid»
  • Ce légendaire raisin de table est le raisin utilisé pour la confection du non moins légendaire Jus Welch’s
  • Cépage auto-fertile

 

Origine:

 

  • Créateur: Ephraïm Bull, «le père du raisin Concord»
  • Hybridation spontanée entre une vigne sauvage V. Labrusca x très probablement Catawba qui était situé à proximité
  • Croisement: Vitis Labrusca local (fleur) X probablement Catawba (pollen)
  • En 1836, à Boston dans l’état du Massachusetts aux USA, Ephraïm Bull, batteur d’or et horticulteur amateur passionné de vigne de raisin de table (il cultivait dans son jardin les variétés Isabella, Catawba et Sweetwater) fut contraint de déménager à Concord, une petite ville se trouvant environ à une trentaine de kilomètres plus au nord, sur recommandation de son médecin à cause de problème de santé. Grand amateur de ses raisins de table, Bull emmena avec lui ces précieux plants de vigne et les planta dans son nouveau jardin à Concord. Quelle ne fut pas sa surprise, quand il découvrit avec stupéfaction que ces cépages, qui, jusque là, lui donnaient chaque année du bon raisin, ne parvenaient plus à se rendre à maturité dans leur nouvel environnement. Bull déterminé à trouver une vigne qui lui procurerait un raisin aussi excellent que ceux qu’il cultivait à Boston, trouva un jour sur son terrain une vigne sauvage dont le raisin semblait prometteur. Alors à la recherche d’un raisin de table de très grande qualité et suffisamment rustique et hâtif pour mûrir dans les conditions climatiques de la ville, il transplanta cette vigne proche de ses plants de Catawba. qu’il planta des graines d’un raisin d’une vigne locale sauvage, le fit germer puis cultiva les plants. Les plants donnèrent des fruits pour la première fois en 1849. Bull sélectionna alors le plant qui selon lui donnait le meilleur raisin et le transplanta près de ses plants de Catawba.
  • Rendu public en 2002
  • Origine: Concord, Massachusetts (USA)

 

Concord

 

Le Concord est une véritable star, une légende parmi les cépages de raisins de table adaptés aux régions dite «à climat froid».

 

La plupart des hybrides d’Elmer Swenson dont nous bénéficions aujourd’hui dans les régions dites «à climat froid» descendent de ce cépage mythique.

 

publicite pour le raisin concord
Publicité pour le raisin Concord publiée par Ephraim Wales Bull -créateur du Concord- en 1859 – Courtoisie de La Science, Technology & Business Division de la Bibliothèque du Congrès. Image numérisée sans aucune restriction de droits.

 

Il a été créé en 1843 à Concord, Massachusetts par Ephraïm Wales Bull, viticulteur amateur passionné, désireux de développer un raisin de table aux qualités exceptionnelles (pour l’époque) et resistant aux difficiles conditions météorologiques du Massachusetts et de la Nouvelle-Angleterre.

 

Le Concord est l’un des raisins les plus cultivés aux États-Unis. On le trouve notamment sur la côte Est des États-Unis, où il y est notamment cultivé pour y être transformé en jus, gelées et confitures

 

l’Histoire de la genèse du Concord représente certainement l’un des chapitres les plus intéressants de l’histoire de la viticulture Nord Américaine et permet à elle seule de bien comprendre les contraintes et les enjeux de la viticulture dans les régions dites «à climat froid».

 

Elle nous permet également de rendre hommage à son créateur, Ephraïm Wales Bull, pionnier de la viticulture en région dite «à climat froid» et sans la passion, la détermination et l’apport inestimable duquel, Vignes Chez Soi ainsi qu’une grande partie de la viticulture nord américaine et de la viticulture en région dite «à climat froid», telles que nous les connaissons aujourd’hui, n’auraient probablement jamais existé!

 

Ephraïm Wales Bull

Ephraïm Bull
(1806-1895) Père créateur du Concord – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

 

 

Ephraïm W. Bull est né le 4 mars 1806 à Boston, Massachusetts (USA), le jour de l’inauguration du second mandat de président des États-Unis d’Amérique, Thomas Jefferson.

 

Enfant studieux, il reçut le médaille Franklin à l’école en 1817, alors qu’il n’avait que onze ans.

 

En 1821, il fut apprenti chez Louis Lauriat en tant que batteur d’or (fabrication de feuilles d’or très fine servant à orner des monuments ou des objets), le battement de l’or en feuille était alors très demandé par les relieurs et les doreurs.

 

Une gravure montrant le processus de battage d'or - Domaine publique
Une gravure montrant le processus de battage d’or – Domaine public

À peu près à cette même époque, sa famille déménage à proximité de Dorchester dans le Massachusetts.

Tout en y poursuivant son métier de batteur d’or, le jeune Bull consacre alors tout son temps libre à des activités horticoles et particulièrement à la viticulture artisanale, dans son jardin où il fait pousser les variétés Isabella, Catawba et Sweetwater.

 

En 1826, Bull acquiert sa propre boutique et le 10 septembre de cette même année, il épouse Mary Ellen Walker, parente du président James Walker du Harvard College.

Après leur mariage les Bulls retournent vivre à Boston, prenant une petite maison sur Fayette Street.

 

Ephraïm Bull est désormais un batteur d’or de première classe, travaillant de longues heures dans un magasin chaud et poussiéreux à Cornhill (près du centre gouvernemental moderne).

Pendant ses heures creuses, il continue bien évidemment à s’adonner à son intérêt pour l’horticulture, dans le petit jardin jardin derrière sa maison.

 

Au fil des ans, E. Bull développe des troubles pulmonaires. Son médecin lui conseille alors de sortir de la ville et d’aller de vivre au grand air, loin des vents froids de l’Est.

 

Ephraim Bull's house original public domain
Maison originale d’Ephraïm Bull – domaine publique

 

 

En août 1836, il quitte donc Boston, achète dix-sept acres de terre à Concord, une petite ville située à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Boston. Là, les Bulls vivent dans une petite maison blanche sur la route de Lexington, au 491 Lexington Road.

 

ephraim bull house the house at 491 lexington road in concord around 1910 1920. image courtesy of the library of congress detroit publishing company collection
Maison d’Ephraïm Bull au 491 Lexington road à Concord vers 1910-1920. Photo courtoisie de la Librairie du Congrès, Detroit publishing company collection

 

 

Bien qu’il continue son métier de batteur d’or dans une petite boutique derrière chez lui, Bull consacre son temps libre au développement de sa passion pour l’horticulture et notamment pour la viticulture, et chaque fois que son commerce le lui permet, il passe son temps dans son jardin.

 

Concord
Concord Massachusetts 2018 – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

 

 

Passionné par la culture de ses raisins de table, Bull ne manque pas, lors de son déménagement de Boston à Concord, d’emporter avec lui ses plants de vigne (Isabella, Catawba, Sweetwater), les transplantant dans son nouveau jardin.

Mais, à son grand désarrois, aucun de ses plants ne parvient à lui fournir du raisin, celui-ci n’arrivant plus, dans ce nouvel environnement, à se rendre à maturité, et ce, même lors des saisons favorables. Cela était dû, dit-il, “aux gelées (tardive) de la fin du printemps et (hâtives) du début de l’automne, auxquelles nous sommes exposés dans cette profonde vallée de Concord.”

 

 

 

Maison d'Ephraïm Bull 491 Lexington Road, Concord , MA, USA
Maison d’Ephraïm Bull 491 Lexington Road, Concord , MA, USA en 2018 – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

 

 

 

491 Lexington road, MA (USA)
le 491 Lexington road, MA (USA) – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

En 1841, Bull achète la ferme Eben Dow qui jouxte sa propriété.

 

Sur cette nouvelle parcelle de terre poussent de nombreux arbres, arbustes ainsi que de la vigne. Le sol sablonneux de la ferme ainsi qu’une pente orientée vers le sud laissent entrevoir de grandes possibilités pour la viticulture.

 

 

Plus que jamais déterminé à développer une vigne qui, en plus d’être rustique dans le Massachusetts, lui donnerait un raisin de grande qualité et dont la maturité serait plus hâtive que celle des raisins provenant des plants amenés de Boston, Bull cherche et obtient, en provenance des quatre coins de la région, des vignes réputées localement pour leur excellence.

Il connait le succès obtenu en Europe par Jean Baptiste Van Mons dans la culture de poires à partir de graines (pépins), et conclut que le même processus pourrait sans nul doute être appliqué aux raisins. Mais aucune des expérimentations effectuées à partir des raisins provenant de ces nouvelles vignes ne lui apporte satisfaction.

 

 

img 3666
Maison d’Ephraïm Bull à Concord 2018, à droite entre les sapins, le plant mère du Concord ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

Déçu, il persévère malgré tout dans sa quête, et finit par se tourner naturellement vers les vignes sauvages qui poussent à proximité.

 

Depuis quelques temps en effet, Bull observe  attentivement, un cépage indigène hâtif, Vitis labrusca issu du «Northern Fox grape», poussant dans une partie éloignée de son jardin, remarquant, quand il donne des fruits à la fin du mois  d’août 1843, qu’il possède au moins quelques-unes des qualités essentielles qu’il recherche.

Plant mère du Concord au 491 Lexington Road, Concord , MA, USA
Plant mère du Concord au 491 Lexington Road, Concord , MA, USA 2018 – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

 

 

 

 

 

 

 

Le raisin est de bonne qualité, et l’idée qu’une autre génération de ce raisin ne ferait qu’accroître son potentiel et ses qualités, lui vient tout de suite à l’esprit.

 

Il transplante alors cette vigne sauvage près de ses plants de Catawba, lesquels, pollinisent très probablement spontanément la fleur de cette vigne sauvage, donnant ainsi naissance à une nouvelle variété de raisin.

 

Ephraïm Bull devant le plant mère du Concord
Ephraïm Bull posant devant le plant mère du Concord©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

Suivant alors le processus de Jean Baptiste Van Mons, -de sa bouche même- il plante le nouveau raisin ainsi obtenu «en entier, dans le sol, peau et tout, à une profondeur de deux pouces, et couvre la rangée de planches. J’ai soigné ces semis pendant six ans», nous informe-t-il plus loin, « et du grand nombre obtenu un seul valait la peine d’être conservé. Le 10 septembre 1849, j’ai pu cueillir quelques grains de raisin, et quand je les montrai à un voisin qui les goûta, il s’est exclamé, “Wow c’est mieux qu’Isabella !”»

 

Grappes de Concord sur plant mère, Concord, MA, USA
Grappes de Concord sur plant mère le 03 août 2018, Concord, MA, USA – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

 

 

 

Et c’est AINSI qu’est né LE Concord qui allait révolutionner la viticulture en Amérique du Nord et en région dite «à climat froid».

 

 

 

 

 

 

 

Ephraïm Bull
Ephraïm Bull – Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée – ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

Voici ici le récit de ces mêmes faits, tout droit sortis de la bouche d’Ephraïm Bull: “J’ai regardé autour pour voir ce que je pouvais trouver parmi nos sauvageons. L’étape suivante était de trouver le raisin le plus hâtif et le meilleur pour s’en servir de semence, et j’ai trouvé cela dans un semis accidentel qui se trouvait au pied de la colline. Le récolte était abondante et de très bonne qualité pour un raisin sauvage. J’ai semé la graine à l’automne 1843. Parmi eux, le Concord était le seul qui valait la peine d’être sauvé.”

 

 

La source exacte du semis accidentel est obscure. Bull avait acheté sa maison à Concord en 1836. «Cette année-là», dira-t-il des décennies plus tard à Liberty Hyde Bailey, «des garçons ont remonté des rives de la rivière Concord quelques raisins sauvages et les éparpillèrent dans la place. Un semis apparu dans un coin du jardin. Ce semis était bien évidemment la «progéniture» de ces raisins résultant de l’école buissonnière.»

 

 

 

“Il a semé, d’autres ont récolté” – (“He Sowed; Others Reaped”)

 

Ephraïm Bull tomb stone
Ephraïm Bull pierre tombale(Sleepy Hollow Cemetery Concord Massachusets USA) ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

Ephraïm Bull est mort le 26 septembre 1895 à Concord, Massachusetts (USA). Il est enterré dans le cimetière Sleepy Hollow à Concord.

 

Sur sa pierre tombale se trouvant dans le cimetière Sleepy Hollow à Concord, il est écrit:

 

“Il a semé, d’autres ont récolté” (“He Sowed; Others Reaped”) faisant référence au fait que Ephraïm Bull a généreusement donné le fruit de sa découverte et n’a lu-même tiré que très peu de profit de sa découverte, tandis que d’autres ont générés beaucoup de revenus grâce au Concord.

 

 

 

Ephraïm Bull epitaph
Ephraïm Bull épitaphe (Sleepy Hollow Cemetery Concord Massachusets USA) ©vigneschezsoi2023 Tous droits réservés aucune reproduction partielle ou totale autorisée

 

 

Autre faits remarquables…

 

“Alors qu’Emerson et ses collègues concevaient une philosophie pour les besoins uniques d’une nation en expansion, l’un de leurs citadins développait tranquillement un raisin pour répondre aux exigences de son environnement physique rigoureux”

Edmund A. Schofield

 

La viticulture nord américaine reliée à la… Révolution Américaine?!…

 

Pas vraiment mais… disons qu’Ephraïm Wales Bull a choisi de déménager dans une ville intéressante pendant une période intéressante de l’histoire des États-Unis d’Amérique. En effet, Concord n’était guère un village typique d’une région rurale des États-Unis.

 

Shot heard round the world
“Shot heard round the world” – ‘Battle on Lexington Green’ peint par William Barnes Wollen

C’est LÀ, où “le coup de feu ayant retenti tout autour du monde” («the shot heard ’round the world») a été tiré le 19 avril 1775, donnant naissance à la Révolution Américaine et la Guerre d’Indépendance américaine, avec une bataille entre des soldats britanniques et des révolutionnaires américains à Concord et Lexington dans le Massachusetts. Le premier coup de feu de la guerre – le « coup de feu entendu dans le monde entier » n’est pas réellement connu de l’Histoire. Ce terme vient d’un poème, “l’Hymne de Concord” (“Concord Hymn”), de Ralph Waldo Emerson :

 

 

“Par le pont grossier qui a arqué le déluge,                        “By the rude bridge that arched the flood,
Leur drapeau à la brise d’avril déployé,                              Their flag to April’s breeze unfurled,
Ici, autrefois, les fermiers assiégés se tenaient,                Here once the embattled farmers stood,
Et ont tiré le coup entendu dans le monde entier”            And fired the shot heard round the world”

 

Le pont en question est le Pont du Nord (North Bridge), à Concord, où il est établi que les premiers tirs de soldats américains agissant sous les ordres ont été tirés, ainsi que les premiers morts et retraites britanniques.

 

La guerre se terminera huit ans plus tard avec l’indépendance d’un nouveau pays né des Treize Colonies – les États-Unis d’Amérique!

 

Des décennies plus tard un mouvement social, le Transcendentalisme Américain, a pris racine et s’est épanoui à Concord autour de l’écrivain et philosophe Ralph Waldo Emerson. La terre sur laquelle Éphraïm Bull s’était installé fait de lui «le voisin d’à côté» des Bronson Alcotts puis plus tard de l’écrivain Nathaniel Hawthorne, avec qui il était bientôt en très bons termes. Pendant les années difficiles, avant qu’il ne découvre son célèbre raisin, Bull a été aidé et encouragé par ceux-ci ainsi que d’autres voisins et concitoyens, dont beaucoup étaient membres du groupe transcendantaliste Emerson-Thoreau-Alcott.

 

De manière stratégique, dont beaucoup seront jamais être connu dans tous ses détails, Bull a travaillé aux côtés de ses amis transcendantalistes quand l’agitation anti-esclavagiste atteint son apogée en Concord juste avant la guerre civile qui déchira les États-Unis d’Amérique de 1861 à 1865.

 

 

 

CONCORD
LIVRAISONS 2024: toutes les commandes et précommandes passées depuis le 3 juillet 2023 seront envoyées le mardi 21 mai 2024, puis chaque lundi à partir de cette date. Les plants sont envoyés par transporteur (Poste Canada, ou autre...). La réception se fait 2-3 jours ouvrables après la date d’envoi pour le Québec, 4-5 jours ouvrables après la date d’envoi pour le reste du Canada.

RAMASSAGE CLIENT 2024: les ramassages se feront à partir du samedi 18 mai 2024, directement chez Vignes Chez Soi, pendant les heures d’ouverture et sur rendez-vous uniquement